AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CONTEXTE › la mode se fait, se defait... les personnel aussi!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cesira Cataldo
THE ANIMAL INSIDE OF YOU.
avatar

Messages : 383
Date d'inscription : 07/07/2012
Crédit : avatar @ castiells| kit @ tumblr.
Célébrité : keira knightley.
Job : rédactrice en chef (prêt à porter.)

Feuille de personnage
Things to do/remember:
Répertoire iphone:

MessageSujet: CONTEXTE › la mode se fait, se defait... les personnel aussi!   Sam 7 Juil - 20:54

devotion.
« Quand ta vie privée ne sera plus qu’un champ de ruines,
fais-moi signe : je t’obtiendrai une promotion...»

-----------------------------------------------------------

Isabella Luccini a écrit:

le trois juin deux mille douze, à rome, italie.
---------------------------------------------------
Cela faisait trois ans, trois foutues années que je travaillais pour Devotion. J'avais remué ciel et terre pour arriver là où j'en étais arrivé, trois années de ma foutue vie à réussir à être nommé bras droit de MME INCONNUE. J'vous dis pas le bonheur quand c'est arrivé mais je vous assure que j'ai vite déchanté ! Oh làlà, oui ! Ça se passait très bien au début je lui apportais ses petits dossiers, j'allais lui chercher ses petits cafés. Je vous assure qu'au bout d'un moment, c'est très barbant et pas très intéressant mais c'est certainement une des meilleures places de l'entreprise. T'es sûre de te faire respecter, même si on te considère comme le p'tit chien prêt à tout faire pour faire plaisir à son maître. Enfin c'est surtout si tu veux pas te faire renvoyer oui, les renvois peuvent arriver très rapidement pour une futilité. Sauf qu'en arrivant à cet échelon là, je pensais réussir à faire autre chose que des allers/retours entre le café et la croissanterie du coin. Malheureusement t'as pas le droit de te plaindre, c'est la même chose sinon : direction la porte. Alors je me suis laissée docilement faire, dans l'attente d'une tâche plus ardue que de prendre 50 fois l'ascenseur dans la journée pour ses petits caprices. Ce jour arriva enfin... enfin MME INCONNUE s'était décidée à me donner un peu plus de responsabilités... oui, je devais servir le café durant l'une de ses réunions top secrètes concernant l'organisation du volume du magazine pour le mois de Mai. Intéressant hein, me direz-vous. Je commençais à en avoir sérieusement ras le bol, cette vie était d'un déprimant bien qu'elle me fasse courir partout pour un rien.
C'est d'ailleurs à force de me couvrir de demandes que je surpris une conversation entre les deux directrices, MME INCONNUE ET SOUS DIRECTRICE, alors que j'allais entrer dans son bureau pour lui rapporter les centaines de dossiers que j'avais recueilli auprès des rédacteurs en chef. Je n'étais pas du genre à écouter au porte, surtout pas pour prendre le risque de me faire surprendre par des personnalités si importantes de l'entreprise. Je les entendais alors, lister des tas de noms dont certains que je connaissais très bien. Pourquoi cette liste ? Je l'appris très vite lorsqu'elles commencèrent à donner à chacun la raison pour laquelle on devait les mettre sous pression, les inciter à faire des erreurs pour quitter leur emploi ou tout simplement mettre un peu de piment dans leur vie en s'immisçant à l'intérieur, s'arrangeant pour qu'un copain drague quelqu'un d'autre et fasse perdre pieds à la personne. J'avais sous les yeux deux réels tyrans, s'amusant de la vie de leurs employés qui leur étaient dévoués corps et âme. J'étais choqué, d'autant plus que mon nom apparaissait sur cette liste. Qu'avais-je à perdre ? Je me suis démasquée moi-même, donnant révoltée mon avis sur leur comportement. Résultat : Je suis maintenant au chômage, je déteste cette entreprise et ce magazine pour lequel j'ai travaillé si durement. J'ai tenté de prévenir mes collègues les plus proches mais pas moyen de leur ouvrir les yeux, on m'a collé l'excuse de la rancœur pour ne pas avoir à m'écouter. Tant pis pour eux, ce seront bientôt eux qui seront à ma place ! Ils ne pourront pas dire que je ne les avais pas prévenu.
Pensées d'Isabella Luccini, ex assistante de Madame XXX, au Devotion

Agnes Alvisi a écrit:

le cinq juin deux mille douze, à rome, italie.
---------------------------------------------------
ENFIN! Mon dieu, je suis stressée! J'ai les jambes comme du coton, et j'ai le cerveau retourné tellement j'ai imaginé cette première journée toute la nuit! Ce n'est pas comme si j'allais travailler au café du coin qui a été mon job pendant mes années d'études! Non. Là, j'ai trouvé une place dans ce que je voulais toujours faire, c'est à dire, pour ce qui ne le savent pas déjà: la mode. Ce monde où tout est permis, où les modes se font et se défont au fil du temps, où l'on se trouve dans les soirées les plus cool plutôt que dans son lit à se regarder un vieil épisode de Friends qui passe en boucle toute l'année! Je vais enfin rentrer dans ce monde qui me plait tant, travailler avec des personnes formidables, qui eux me comprendront quand je parlerais de mon ongle cassé en mettant ma dernière paire de Gucci! La personne pour qui je serais assistante a l'air tellement adorable, je suis pressée de pouvoir faire mes preuves. On m'autorisera peut être à donner mon avis! Ça serait génial! Non, ne t'emballe pas trop ma petite Agnès, tu vas trop loin dans ta petite tête!
Bon, je suis prête après trente six tenues différentes essayées depuis ce matin, quatre heures. J'ai opté pour quelque chose de simple, ne sachant pas trop quoi porter pour ce premier jour. Enfin, quelque chose de simple... Cela m'a tout de même couté quatre cent cinquante euros, rien que pour la robe. Rajoutez y deux cents pour les talons et cinq trente pour le sac, vous verrez que même la simplicité dans la mode, elle a un prix. Mais j'aurais bientôt une paye en or (ou pas...) qui me paiera tout cela! Allez, croisez les doigt pour moi, j'enfile ma paire de Louboutin, ajuste mes lunettes de soleil sur le nez avec un dernier coup d'œil dans le miroir, et quitte mon appartement de la banlieue de Rome, le sourire au lèvres, rien qu'à l'idée que j'ai un travail de rêve!
Pensées d'Agnes Alvisi , future assistante de Madame XXX, au Devotion.

REDIGEE PAR HERJULIWIII (AIDE PRECIEUSE DE JUSTINE.)
2012 - 2013 @ DEVOTION, YOUR MAGAZINE.

_________________

~no light, no light in your bright blue eyes.~
Felt it in my fist, in my feet, in the hollows of my eyelids. Shaking through my skull, through my spine and down through my ribs. No more dreaming of the dead as if death itself was undone @ tumblr, lj + florence and the machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://postcardfromdevotion.forumcanada.org
 

CONTEXTE › la mode se fait, se defait... les personnel aussi!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camélia - Le fait que je te déteste, fait que je t'aime aussi.
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: everything has rules :: • first step-